mardi 20 mars 2007

Aviation légère



Holà! Ho! Hé!
Toi, là! Oui, toi! Hep, par ici!
Oui, oui, c'est bien à toi que je parle, juste toi, devant ton écran.
Comment vas-tu?

C'est bien toi qui me disait hier que voler revient presque, à l'heure, au budget supermarché hebdomadaire d'une famille de 4 personnes. Soyons clairs. Malheureusement, c'est vrai.

Maintenant, regarde à côté de ton écran, derrière: tu vois, là, ton cendrier, celui où tu viens d'écraser ta cigarette. Oui, celui-là, juste là. Mettons que tu te lèves maintenant, et que tu le jette, avec le reste, tout le reste. Oui, tout. Cendrier, tabac, briquets, paquets de clopes. Tout. Maintenant. Oui, bon, je sais. Supposons, juste. Eh ben, tu vois, à raison d'un paquet par jour, au tarif français, en partageant l'heure de vol avec tes potes, ça te fait quelque chose comme 5 heures d'avion par mois.

Oui, 5 heures.

Ca veut dire que si tu habites le Sud Est de la France, tu peux théoriquement aller tous les mois boire un café-crème et passer le Week-end dans la baie d'Ajaccio.

Ca veut dire que si tu habites l'Est ou le centre de la France, tu peux théoriquement tous les mois aller admirer d'en haut l'enneigement des sommets alpins.

Ca veut dire que si tu es breton, une fois par mois tu peux aller faire glisser tes ailes dans la baie du Mont Saint Michel, où du coté du bassin d'Arcachon.

Ca veut dire que si tu es Parisien, tu peux, tous les mois te rendre compte de ce qu'est la chaîne des volcans d'Auvergne.

Enfin bon, ça dépendra aussi de la météo, mais tu apprendras ça plus tard.

Comment ça, non? Ah! Bon! Tu achètes tes cigarettes en Espagne. Ah! D'accord! Moins de taxes. Désolé, je ne savais pas, je n'ai pas trop l'habitude. Ah! Tes amis, aussi... Le vertige du haut de la deuxième marche du perron? Le mal de l'air? Tous? Ah! Ca doit être embêtant. Oui. Bon, mettons. Eh bien, même tout seul, en arrêtant ton tabac espagnol et tes briquets tchécoslovaques, ça te fait toujours plus d'une heure de vol par trentaine, presque deux sur un biplace, de quoi entretenir ta licence, et ça, c'est sans compter ce que tu économiseras en arrêtant de perdre ton temps en allers-retours entre chez toi et le Perthus.

Comment? Ah! D'accord! Pardon! Je parle, je parle, et je n'avais pas compris! 15 ans tout juste! Et tu ne fumes pas? Ah! Tant mieux. Ah! C'est bien trop cher les cigarettes, avec l'essence et l'entretien du scooter. Oui, bien sûr, je comprends. Et puis, tes parents, qui t'ont gentiment offert la mobylette en question à ton anniversaire, ne veulent pas te voir fumer. Oui, c'est sûr, tu as raison, ils ne connaissent rien à rien.

Parce que tu vois, là, le magazine d'automobile que tu es en train d'acheter au kiosque à journaux. Oui, celui-là, le rouge, à 3€50, derrière le programme télé, avec la Porsche Boxter 987 modèle Sport, 6 cylindres, et 295 chevaux en couverture. Tu vois, là, il y a un autre garçon qui le feuillette. Tu sais, c'est celui de la classe d'à côté, celui qui était nul en maths l'année dernière.

Ah non! Lui, il ne va pas l'acheter. Tu sais pourquoi? Parce que lui, il n'a pas de scooter. Mais demain, avec les 3€50 de ta revue, il va prendre un bus, celui qui passe là derrière; et puis son vélo, jusqu'à l'aérodrome du coin. Tu sais, celui qui est indiqué par le panneau bleu, sur le côté droit de la route, et que tu ne t'es jamais donné la peine de suivre, trop occupé à garder la poignée dans le coin.

Et puis, son vieux vélo usé, il va l'attacher à un lampadaire. Et pendant que tu liras ton magazine, chez toi, lui, il pilotera un avion qui vaut au moins 3 ou 4 Porsches Boxter 987, modèle Sport, 6 cylindres, 3.4 litres, 295 chevaux et tout le toutim.

Sa licence? Elle ne lui a pas coûté plus cher que ton scooter.

Si, il a ton âge. Si, 15 ans. Non, il n'a même pas son permis de conduire. Non, la conduite accompagnée non plus. Et oui, aujourd'hui, il est le commandant de bord d'un avion que ses parents n'ont pas le droit de piloter.

Par contre, demain matin, au lycée, quand tu gareras ta moto, lui, il descendra d'un bus, à pied. Mais regarde bien. Tu vois l'étui noir, sous son bras: c'est son casque. Et le coin bleu qui dépasse de son sac: on appelle ça un carnet de vol. Parce qu'un jour, peut-être, il aura des galons cousus au bout des manches et un liseré doré sur sa casquette.

Mais ne t'en fais pas, un scooter, ça se revend bien, et vite. Pour le reste, demande au garçon avec l'étui noir sous le bras de t'aider. Sois sûr qu'il sera heureux de te renseigner, avec un sourire comme tu n'en as jamais vu, un sourire de pilote qui parle de ce qu'il fait. Et si, par malchance, tu ne le recroises pas, n'hésite surtout pas, va frapper à la porte de l'aéroclub local, on t'aidera avec plaisir; et, pour pas un centime, on t'expliquera comment t'y prendre.

Comment? Ah! Tu n'es plus au lycée depuis longtemps. 25 ans. Déjà? Le temps passe vite... Oui, bien sûr, la fac! Excuse-moi. Décidément aujourd'hui, je suis à côté de la plaque. Ah! Oui! Les soirées! Oui, moi aussi, bien sûr. Tiens, d'ailleurs, ce n'était pas toi, avant-hier, au bar de la discothèque, au bout de la rue? Si? Encore pardon, je suis si distrait. C'était quoi la bouteille? Whisky? 90 euros? Ben, tu vois, moi, j'ai bu ma bière avant de venir. Et demain, je vais voler.

Ah! Et puis il y a aussi ton travail! Bien sûr. Tes heures sup'! Pas le temps! Ah! Et la plage aussi. Et le bowling, évidemment. Sans compter les séances de cinéma, les après-midis de shopping, et la série télé du vendredi soir.

Et puis l'aviation, c'est long, c'est du travail, c'est difficile parfois. Ah, oui, bien sûr.

Mais dis-moi, alors, pourquoi tu regardes le ciel?

See you,

1 commentaire:

Julien a dit…

Salut P.

Merci pour ton blog très bien écrit, et surtout merci pour avoir raconté ton heure passée sur le jumpseat. J'avais toujours supposé à tort que depuis 9/11 ce n'était plus possible, faudra que j'essaye la prochaine fois.

J'habite à Brisbane et je prépare une PPL en ce moment à Redcliffe, si tu viens poser tes ailes dans le Queensland un de ces jours n'oublie pas de faire signe!

A plus,
Julien.